Anatoli Unitsky «Il ne faut pas penser que nous ne voyons pas ce qui se passe»

Anatoli Unitsky «Il ne faut pas penser que nous ne voyons pas ce qui se passe»

25 Mars 2020 8708

La pandémie de coronavirus COVID-19 a bouleversé le monde en détruisant les status quo et en érigeant des murs entre les peuples et les pays: les marchés financiers sont sécoués, les plus grandes entreprises internationales ont suspendu leurs activités, le site officiel de l'EXPO 2020 a annoncé la convocation dans les prochaines semaines du Comité directeur de ce forum mondial pour réviser les plans d'organisation…

En outre, dans la presse étrangère, il y avait des publications incompréhensibles avec des images du matériel roulant SkyWay, mais aussi avec la mention des entreprises qui n'y sont pas liées et un texte d'accompagnement assez étrange.

Anatoli Unitsky a partagé son opinion à ce sujet et pas seulement dans l'interview vidéo que nous offrons à votre attention.

Vidéo en anglais. Utilisez les paramètres du lecteur YouTube pour afficher les sous-titres.

Entretien avec Anatoli Unitsky

 

Mikhail Kirichenko: Anatoli Edouardovitch, permettez-moi de vous saluer selon l'ordre du contexte actuel.

Anatoli Unitsky: Bonjour.

M.K.: On sait que le coronavirus a annulé de nombreuses activités et nos investisseurs sont très intéressés: qu'en est-il de nos activités à Sharjah? Et quant à InnoTrans? Qu'en est-il de l'EXPO 2020? Pourriez-vous répondre?

A.U.: Le coronavirus n'annule pas le SkyWay. Les travaux prévus se déroulent comme prévu. Nous terminons déjà la première phase, c'est la première ligne SkyWay, où il y a 400 mètres de route affaissée, deux stations combinées avec des supports d'ancrage, où il y aura une salle de contrôle et un laboratoire. Ensuite, deux sites non contraints, où il y a des éléments de dépôt pour la réparation et la restauration des vehicules. Et maintenant nous construisons une deuxième ligne. C'est une construction de ferme. Nous avons un peu retardé le début de la construction de la structure de trajet. Ce n'est pas lié au coronavirus. Cela est dû au fait que la législation des Émirats est construite sur les normes européennes, et là pour les structures de ponts, pour les estacades (et SkyWay, c'est une structure de trajet, une sorte d’estacade de transport), les exigences pour les charges cycliques, la durabilité sont plus strictes qu'en Biélorussie et en Russie. Par conséquent, nous avons construit ici une ferme sur le soudage, mais lorsque nous avons vérifié déjà selon d'autres normes, la durabilité de la structure de trajet construite sur le soudage, dans les conditions des Émirats (c'est quelque part dix millions de cycles de charge), elle ne pourrait pas résister. Il ne s'agit pas d'une durée de vie supérieure à dix ans, mais nous devons garantir une durée de vie de 100 ans. Nous avons donc opté pour des joints boulonnés, des boulons à haute résistance, où il n'y a pas de soudure du tout. Naturellement, j'ai dû recalculer toute la structure. Cela a pris un certain temps. J'ai dû réapprovisionner le matériel. Les cordes sont restées, mais le métal, il a changé. Pour cette raison, le début de l'installation de la structure de trajet a changé, mais nous avons déjà commencé à construire les supports principaux et nous allons bientôt commencer à monter les structures de trajet. Par conséquent, à l'EXPO 2020, une partie de la structure de trajet sera déjà montée. De plus, nous avons conçu le site de sorte que la partie de la route, qui est sur les cordes, pourra déjà être exploitée. Mais nous voulons nous concentrer sur la quatrième ligne, où il y aura une structure de trajet affaissée avec déjà de grandes portées de plusieurs centaines de mètres, et non pas comme les portées de la ferme de 48 mètres, où les véhicules déjà lourds circuleront. Nous, ici en Biélorussie, ne pouvons pas faire circuler les véhicules lourds pour un certain nombre de raisons. Parce que nous avons commencé à partir de zéro, nous n'étions pas clairs sur ce que nous aurions des clients et nous avons donc montré des options moins chères, plus simples, et sous une charge de pas plus de huit tonnes. Et maintenant, nous avons beaucoup de commandes potentielles. Il faut transporter des dizaines de milliers de passagers par heure. Pour ce faire, pas seulement les Unibus particuliers doivent circuler, pas de petits, mais de grands Unibus, et, dans l'attelage, sous la forme de petits trains. Et le transport de grandes quantités de marchandises, en particulier de conteneurs maritimes, et donc, c’est pour ces charges qui dépassent 50 tonnes, que nous avons conçu une quatrième ligne qui longera la route vers l'université. Nous prévoyons de la construire pour l'EXPO 2020, si, encore une fois, la paranoïa, je ne peux pas l'appeler autrement, avec le coronavirus continue, alors les délais devront être décalés.

M.K.: Je peux résumer que nous ne bavardons pas. Nous utilisons les boulons pour renforcer les joints!

A.U: Et, ce sont les boulons à haute résistance, pas ordinaires.

M.K.: Merci beaucoup! Nos investisseurs sont intéressés par la question: la participation à l'EXPO 2020, ce n'est pas un plaisir bon marché. Est-ce que leur argent ne sera pas dépensé en vain, car il peut arriver que l'hystérie ne se termine pas avant même la fin de l'année. Certains prédisent un scénario similaire. Que pouvez-vous répondre?

A.U.: Nous avons différentes options pour le scénario des événements dans le monde. La crise économique arrive aussi. Nous avons l'option de participer pleinement à EXPO 2020, mais nous ne le savons pas. Peut-être que ce salon sera reporté comme toutes sortes de compétitions…

M.K.: ... même la coupe du monde de football a été reportée à l'année prochaine! On ne sait pas ce qu'il adviendra des Jeux olympiques de Tokyo.

A.U.: Oui, oui. Cela ne peut pas être exclu. Après tout, il ne faut pas penser que l'EXPO 2020, c'est un plaisir bon marché. Non. Nous avons une réponse officielle des organisateurs de l'exposition que pour l'exposition que nous voulons présenter, une aide de parrainage est à partir de cinq millions de dollars. À partir de cinq millions de dollars! Ce n'est qu'une aide de parrainage, et vous devez encore mettre en place une exposition. Et la servir pendant six mois.

M.K.: "Mamma Mia!” - comme disent nos amis italiens…

A.U.: Oui. Quelques millions de dollars de plus! Il existe différentes options pour participer, mais je pense que cet argent n'a aucun sens pour nous de dépenser. Après tout, nous avons une exposition plus grande à une dizaine de kilomètres à Sharjah, dans le centre d'innovation, où il y a déjà une route en service. La première ligne. Où nous construisons (à Sharjah) d'autres lignes où nous pouvons exposer tous nos véhicules. Où nous pouvons faire de belles présentations et cela ne nous coûtera rien, car nous le ferons sur notre propre terrain.

M.K.: Lesujet des Émirats arabes Unis et de nos projets y suscite naturellement le plus grand intérêt. Récemment, tout le monde s'est réveillé sur la nouvelle qui a été publiée dans les médias locaux, je veux dire aux Émirats, que, prétendument, un accord a été signé avec l'une des entreprises, je ne vais pas prononcer les noms, afin de ne pas faire de la publicité gratuite, sur la construction de solutions de transport innovantes dans l'un des Émirats…

A.U.: Et c’est quelle entreprise? Nommez-la.

M.K.: Quand même nommer?

A.U.: Bien sûr, pourquoi pas?

М.К.: BeemCar. Entreprise anglaise. Curieusement, pourquoi tant de questions: tous nos titres sont utilisés, toutes nos photos, vidéos sont utilisées. Les nôtres, je veux dire, ce sont Unicar et Unibike, que nous avons montrés à Sharjah il y a un an. Même avec les inscriptions SkyWay et Sky Pods, le programme auquel nous participons. Il est peut-être temps de répondre.

A.U.: C'est comme avec le coronavirus, quand il y a des problèmes sur un rien. Je ne vois aucun problème ici, et merci à cette société pour la publicité de notre technologie, car toutes les personnes intéressées savent à qui appartient cette technologie, à qui appartiennent ces véhicules, etc. Seuls les journalistes qui écrivent à ce sujet ne le savent pas. Ne pensez pas que nous sommes si stupides, si à courte vue et ne voyons pas ce qui se passe. Ne pensez pas que nous ne faisons rien pour protéger SkyWay, la propriété intellectuelle, etc. On ne se protège pas par des articles ni publications. On est protégé par des brevets. Nous brevetons activement aux Émirats arabes Unis. Et les marques commerciales, y compris les noms: «Unibike», «Unibus», sont brevetées. Et les inventions qui ont été créées dans SkyWay au cours des dernières années, les plus importantes que nous allons incarner sur des sites de test ou des projets ciblés, sont également brevetées. On voit que cette compagnie en est satisfaite. Ce sont leurs problèmes, pas les nôtres. Et merci à eux pour la publicité de notre développement. De plus, ils n'ont pas signé le contrat, ils ont signé le MoU, comme nous…

M.K.: ... c'est-à-dire, le protocole d'intention…

A.U.: Oui. C'est pas un contrat…

M.K.: C'est, encore une fois, une erreur journalistique.

A.U.: Oui! Journalistique! Ce n'est pas le client, ce n'est pas RTA que l’a fait. Ce sont des journalistes. Ils voient partout des choses qui ne le sont pas. Pour écrire magnifiquement ou faire autre chose…

M.K.: Peut-être qu'ils ne voient tout simplement pas la différence?

A.U.: Absolument! Beaucoup de journalistes ne sont pas des gens très intelligents.

M.K.: Ce n'est pas très agréable d'entendre ça, mais, d'accord.

A.U.: Mais vous n'êtes pas seulement un journaliste et ce n'est pas à votre égard. J'ai dit «beaucoup», mais pas tous. Il ne peut y avoir de généralisation ici. Par conséquent, organiser des disputes n'a tout simplement aucun sens. Et le client, bien sûr... C'est un projet sérieux. Il (le client) annoncera l'appel d'offres, mais cette société est l'un des soumissionnaires. En fait, ils se sont maintenant «punis» parce qu'ils essaient (peu importe si c'est la faute des journalistes ou la leur) de présenter le développement de quelqu'un d'autre comme le leur. Sur l'appel d'offres, tout sera évident et ils s'en tireront. Et ce sera bien pour nous. Il y aura moins de concurrents.

M.K.: Même si vous parlez du coronavirus comme d'une sorte de bulle de savon gonflée, d'un problème gonflé, il peut néanmoins y avoir une véritable épidémie un jour. Nos véhicules se déplaceront d'abord à des vitesses de 500 kilomètres à l'heure. Dans un avenir un peu lointain, même deux fois plus vite (il y a de tels plans - vous les avez en quelque sorte exprimés sur l’ÉcoFest). Avons-nous une solution pour «ne pas disperser» une telle contagion à une telle vitesse à l'avenir?

A.U.: Cela ne dépend pas de la vitesse. La terre se déplace à une vitesse de 29 kilomètres par seconde autour du Soleil, mais cela ne contribue pas à la «dispersion» du coronavirus. Ce sont des choses qui ne sont pas liées les unes aux autres. Cela est dû à la communicativité. Si la communicativité des gens augmente, cela signifie que le virus se propagera différemment. Et si elle n'augmente pas, mais au contraire diminue, alors – moins. Le fait est que nous pouvons organiser la logistique du mouvement afin que les «patients» puissent être éliminés à la station et envoyés en quarantaine. Ils n'entreront pas dans le véhicule et ne seront pas en mesure de propager des infections virales et des maladies. Et j'ai longtemps dit qu'une pandémie était possible. Il y a plusieurs raisons ici et l'une d'entre elles – l'humanité s'est considérée comme le roi de la nature. En fait elle (l'humanité) est moins significative. Pas plus que la moisissure ordinaire. Et donc, l'homme, en se mettant sur la voie technocratique du développement, a créé une industrie qui a commencé à tuer la biosphère et, en premier lieu, le sol. Le système immunitaire de la biosphère et de la planète, ce sont principalement les sols et les micro - organismes du sol qui, même à partir du labour, sont détruits. Ensuite, la chimie, les engrais minéraux, les plantes prennent toute la “table périodique de Mendéléév" du sol, et il n'y a que quatre éléments chimiques sous forme d'engrais... et par conséquent, le système immunitaire de la planète et le système immunitaire humain sont affaiblis. Tôt ou tard, il y aura des pandémies. Et le coronavirus est une maternelle, en fait. Une pandémie plus grave peut survenir, y compris pas nécessairement artificielle. Il peut y avoir une mutation de micro-organismes à cause de cette oppression. Et c'est une réaction naturelle de la nature aux actions de l'homme.

M.K.: Merci. Mais le plus important, c'est que nous travaillons pour éviter que cela ne se reproduise à l'avenir sur nos lignes.

A.U.: Mais, si nous n'arrêtons pas d'opprimer la nature, je le répète, le coronavirus sera une maternelle. Ça va être plus sérieux. Et peu importe si l'homme l'a fait ou si la nature a répondu à l'homme. À travers les mutations, à travers d'autres choses dont j'ai déjà parlé pendant des années... Donc, je fais aussi des sols. Et je sais comment rendre le système immunitaire de la planète correct, faire revivre la fertilité du sol, restaurer les sols reliques qui étaient, là-bas, il y a 100 ou 200 millions d'années, quand il n'y avait pas d'industrie, avec l'aide du charbon. Le charbon brun, les schistes sont les mêmes... il vaut mieux ne pas les brûler, mais les transformer en humus! Et nous avons cette technologie, parce que le charbon, c'est un ancien arbre, et l'arbre a tout pris pour la vie du sol. C'est quelque part 70-80 éléments chimiques. Et c'est ce que nous analysons aussi. D'ailleurs, j'ai un programme d'exploration spatiale, - la transportation de l’industrie dans l’espace. La question est de savoir comment servir cette industrie. Il devrait y avoir des maisons éco-spatiales, des colonies pour les gens, où les conditions (de vie) ne devraient pas être pires que sur Terre, encore mieux. Donc, il doit y avoir de la gravité, il doit y avoir un écosystème, c'est-à-dire des sols, de l'herbe, des fleurs, des arbres fruitiers, des animaux, de l'air rempli de l'odeur des fleurs, pas quelque chose là-bas... Et donc, je me suis demandé: "Comment faire ce sol?” C'est de là que cette connaissance est venue! Parce que j'y pense depuis des décennies. Et SkyWay est “né" de SpaceWay, un moyen de transport uniplanétaire. C'est ce que j'ai inventé en premier. En tant qu'écolier, puis quand j’étudiais à l'institut. Et quand j'ai réfléchi à ces choses, je me suis rendu compte à quel point ces questions étaient importantes. Et nous avons des solutions pour résoudre ce problème. Tout d'abord - ne pas «rouler» le sol dans l'asphalte. Et ne pas "enterrer" sous les traverses mais aller au-dessus du sol. Par conséquent, il est apparu SkyWay. Et nous pouvons rendre la terre aux utilisateurs dans, environ, cinq surfaces du Royaume-Uni, qui sont «roulées» dans l'asphalte et «enterrées» sous les traverses. C'est ce qui me motive, pas l'argent, comme certains le pensent. Je ne pense pas à l'argent. Que je veux acheter une villa ou ... je ne sais pas.

M.K.: Si vous aviez voulu – vous auriez pu le faire depuis longtemps!

A.U.: Oui. Je pourrais aller à la banque, j'ai des compétences inventives, des savoirs et des talents. Et il y a des capacités dans les affaires. Mais je ne suis pas parti. Je marchais malgré les difficultés. Je ne cache même pas que j'ai été enlevé sept fois tout et que je suis tout le temps à partir de zéro, renaissant de mes cendres. Il y a eu des moments différents, et le présent, eh bien, je ne dirai pas qu'il est particulièrement difficile pour nous et pour moi. Non. Nous le passerons dignement

M.K.: Donc, chers amis, il n'y a pas le choix. Construis SkyWay!

A.U.: Sauve la planète!

Publication réalisée par
Présentateur, Auteur de texte, L'éditeur
Vidéographe, Montage vidéo, Photo
Vidéographe
Auteur de texte
Traduction
Nikolay Grebnev
Statut d'investisseur: status status status
Note de publication: star star star star star
25 Mars 2020
Ключевое слово современности - повышайте иммунную систему планеты и человека.
Michal Jusko
Statut d'investisseur: status status status status
Note de publication: star star star star star
27 Mars 2020
My opinion is away from acidents (and dead people). Save Planet is bonus.
I suppport realisation this project to avoid car acidents
Maxim Dimov
Statut d'investisseur: status status status status
Note de publication: star star star star star
27 Mars 2020
Ваши планы на столетия. Дай вам бог здоровья Анатолий Эдуардович.

Consent Request Form

This form asks for your consent to allow us to use your personal data for the reasons stated below. You should only sign it if you want to give us your consent.


Who are we?

The name of the organisation asking you for consent to use your information is:

Global Transport Investments
Trident Chambers, P.O. Box 146, Road Town
Tortola
British Virgin Islands

We would like to use the following information about you:

Why would we like to use your information?

Global Transport Investments would like to send this information to company registry, inform you about its news, for refund purposes.


What will we do with your information?

We store your name, address, ID Data, date of birth into company registry. We will share your e-mail & phone number with IT Service (https://digitalcontact.com/), SMS Center (http://smsc.ru). They will add your details to their mailing list and, when it is news update, they will send you an email or sms with details. We store your credit card number for possible refunds.


How to withdraw your consent

You can withdraw the consent you are giving on this form at any time. You can do this by writing to us at the above address, emailing us at the address: [email protected] or by clicking on the unsubscribe link at the bottom of emails you receive.

Privacy Notice – Newsletter Signup

This privacy notice tells you about the information we collect from you when you sign up to receive our regular newsletter via our website. In collecting this information, we are acting as a data controller and, by law, we are required to provide you with information about us, about why and how we use your data, and about the rights you have over your data.


Who are we?

We are Global Transport Investments. Our address is Trident Chambers, P.O. Box 146, Road Town, Tortola, British Virgin Islands. You can contact us by post at the above address, by email at [email protected]

We are not required to have a data protection officer, so any enquiries about our use of your personal data should be addressed to the contact details above.

What personal data do we collect?

When you subscribe to our newsletter, we ask you for your name and your email address.

Why do we collect this information?

We will use your information to send you our newsletter, which contains information about our products.

We ask for your consent to do this, and we will only send you our newsletter for as long as you continue to consent.


What will we do with your information?

Your information is stored in our database and is shared with with IT Service (https://digitalcontact.com/), SMS Center (http://smsc.ru). It is not sent outside of the Euro. We will not use the information to make any automated decisions that might affect you.


How long do we keep your information for?

Your information is kept for as long as you continue to consent to receive our newsletter.


Your rights over your information

By law, you can ask us what information we hold about you, and you can ask us to correct it if it is inaccurate.
You can also ask for it to be erased and you can ask for us to give you a copy of the information.

You can also ask us to stop using your information – the simplest way to do this is to withdraw your consent, which you can do at any time, either by clicking the unsubscribe link at the end of any newsletter, or by emailing, writing us using the contact details above.


Your right to complain

If you have a complaint about our use of your information, you can contact the Information Commissioner’s Office.