La lettre ouverte d'Anatoly Yunitsky pour Jeff Bezos et Elon Musk

La lettre ouverte d'Anatoly Yunitsky pour Jeff Bezos et Elon Musk

12 Décembre 2018 50654

Hier à Bratislava a eu lieu la cérémonie de remise du Prix international de la paix de Slovaquie à Anatoly Yunitsky. Dans son discours à l'occasion de cet événement, il a souligné la nécessité de repenser le concept de développement industriel de l'humanité:

Nous devons avoir les pensées ardentes et mettre en œuvre les solutions qui paraissaient impossibles encore hier. Si nous avons à créer une alternative aux voitures à moteur à combustion pour sauver la planète – il faut le faire déjà aujourd’hui. Si nous avons à transporter l’industrie sur l’orbite de près de la Terre pour le bien de l’avenir de l’humanité – il faut commencer les études dans ce domaine le plus vite possible.

Le concept présenté est centré sur l'idée qu'il est maintenant nécessaire de commencer à développer le développement industriel de l'espace. Dans le même temps, l'astronautique de missiles aujourd'hui largement répandue ne peut pas faire face à cette tâche.

Aujourd'hui, le 12 décembre 2018, nous publions une lettre ouverte d’Anatoly Yunitsky pour Elon Musk et Jeff Bezos et pour d'autres entrepreneurs de l'industrie aérospatiale. Ci-dessous est le texte intégral de la lettre:  


     

Jeffrey Preston Bezos, chef d’Amazon.com, Inc et Blue Origin,

 Elon Reeve Musk, chef de Space Exploration Technologies Corporation,

ainsi que tous ceux qui ont l'intention de maîtriser à grande échelle l'espace à l'avenir avec l'aide de lanceurs de missiles 

Chers messieurs! 

Vos noms sont largement connus dans le monde entier, le mien est moins connu. Vous et moi – nous sommes des représentants de cultures différentes, des citoyens de pays éloignés et des porteurs de diverses mentalités, et nous avons différentes possibilités financières d'investir dans l'exploration spatiale. Cependant, il y a quelque chose en commun entre nous: tout comme vous, je suis sûr que l'humanité n'a pas d'autre voie que le développement de l'espace, mais je pense qu'il est nécessaire de sortir de la planète toute l'industrie de l'environnement sale. Comme vous, j'ai consacré de nombreuses décennies à un programme spatial alternatif. Pendant ce temps, en tant qu'ingénieur et scientifique, j'ai obtenu des résultats significatifs et j'ai fait un certain nombre de conclusions importantes que je pense nécessaire de partager avec vous afin de mettre en garde contre les erreurs qui peuvent devenir critiques pour nous tous – les terriens.

Maîtriser l'espace à l'aide de missiles – c’est irrationnel et non écologique

Le chemin de l'exploration de missiles de l'espace, sur lequel l'humanité va aujourd'hui, et sur lequel vous avez décidé d'aller – c’est la direction de l'impasse. À en juger par les sources ouvertes, l'objectif principal que vous poursuivez à ce jour est de réduire le coût du lancement en créant des lanceurs de missiles réutilisables. Mais même si vous parvenez à obtenir des résultats significatifs et que vous réduisez le coût de livraison en orbite, par exemple jusqu'à 2 millions de dollars USD par tonne de fret, l'exploration spatiale à grande échelle restera coûteuse. Ici, vous pouvez faire des parallèles avec la réalité terrestre, où il est inutile d'essayer de construire une usine au prix d'une brique comparable au prix d'une voiture.

Une autre circonstance qui rend inutile les tentatives d'industrialisation de l'espace à l'aide de missiles est leur efficacité énergétique extrêmement faible, moins de 1%, si l'on considère tous les coûts et les pertes d'énergie, y compris les avant-vols et après-vol, par exemple, pour la production de carburant et la fabrication d'étages déchargés et perdus. Cela ressemble à un paradoxe, mais la performance des transports de l'ensemble de l'industrie spatiale moderne est comparable à un chariot à cheval. Un tel chariot, qui transportait en permanence une tonne de marchandises sur une distance de livraison en orbite (environ 300 kilomètres) depuis 1957, transporterait à ce jour autant de marchandises que toutes les fusées combinées - dans l'espace.

Outre l'inefficacité, l'astronautique des missiles pose également des problèmes environnementaux mondiaux. La vitesse d'expiration du jet au lancement de la fusée atteint 4 kilomètres par seconde, ce qui est cinq fois plus élevé que la vitesse de vol de la balle du fusil de sniper. La température du jet atteint 4 mille degrés, ce qui est presque trois fois plus élevé que le point de fusion de l'acier. Toute cette puissance est libérée dans une couche d'ozone extrêmement vulnérable sous la forme d'une flamme chimiquement active. Chaque lancement d'un lanceur lourd fait un trou dans une couche d'ozone de la taille d'un grand pays européen comme la France.

Il y a 40 ans, on a estimé qu'une navette spatiale "Shuttle" pourrait détruire entre 10 et 40 millions de tonnes d'ozone en un seul départ (en fonction des conditions ionosphériques), car elle utilise des éléments chimiques qui absorbent l'ozone comme composants du carburant. Étant donné qu'il y a environ 4 milliards de tonnes de ce gaz dans l'atmosphère terrestre, il est facile de calculer que 100 à 200 lanceurs de ce type seront suffisants pour détruire complètement la couche d'ozone. En plus de l'extinction de l'ozone, les fusées changent également les caractéristiques physiques et chimiques de l'atmosphère supérieure, provoquant la turbulence de l'ionosphère et affectant même le champ géomagnétique dans le plan de lancement.

L'utilisation réutilisable des missiles et le passage à de nouveaux combustibles de missiles ne pourront résoudre ces problèmes. Pour l'industrialisation de l'espace avec la capacité de charge actuelle des missiles, il faudra un nombre de lancements de plusieurs ordres de grandeur plus grand qu'il n'y en a aujourd'hui - cela va tout simplement tuer la vie sur notre planète. On ne se réjouit pas des prévisions pour les 10 prochaines années sur le lancement de véhicules spatiaux: 180 lancements par an sont plus de deux fois la croissance par rapport au niveau actuel. Je ne veux pas croire qu'un tel développement des événements est vu par vous comme une mission humaniste et la principale cause de la vie, réalisée dans le cadre des projets que vous dirigez.

L’homme tuera la Terre s’il ne met pas la production dans l'espace

Je suppose que vous comprenez et partagez ma conviction que la Terre sera condamnée si vous ne sortez pas de Technosphère – toute l'industrie – dans l'espace, au-delà de notre maison commune - la Biosphère. Cela est dû au fait qu'il est fondamentalement impossible de créer des cycles technologiques fermés dans l'industrie. C'est à peu près la même chose que de chercher un moyen d'interdire à la vache de produire du fumier, de l'urine, du méthane et du CO2 mais non seulement les produits laitiers. Il ne sera pas possible de mettre un veto sur l'émission dans l'environnement de ce qui reste à la suite de la soustraction des produits finis (lait) de la matière première (herbe).

Toutes les technologies industrielles fonctionnent selon le même schéma – elles prennent des matières premières, en dégagent des produits (réalisant parfois des dizaines et même des centaines de modifications), et ce qui reste est jeté dans l'environnement.

Même la Biosphère en général n'est pas un système fermé - parce qu'elle a transformé la terre précédemment morte. De la même façon la Technosphère en général ne peut pas être un système fermé dans des conditions d’une planète particulière. Elle va inévitablement transformer la planète pour elle-même, sans avoir besoin ni d'oxygène, ni du sol, ni d'autres composants nécessaires à la vie de l’homme sur la Terre. En conséquence, même si la Technosphère ne tue tout ce qui est vivant sur la planète, alors elle le fera exactement avec l'humanité. Déjà aujourd'hui, l'industrie des États-Unis et de la Chine consomment deux fois plus d'oxygène que produisent les plantes vertes sur le territoire de ces pays. Ils vivent dans la dette – consomment de l'oxygène, produite par la taïga russe et la jungle amazonienne. Il y a une tendance de quarante ans à approcher le jour de la dette environnementale (Ecological Debt Day) vers le début de l'année, si cela reste comme ça, dans deux ou trois générations la Technosphère va irrévocablement «manger» la Biosphère.

Seule la fourniture à la Technosphère d'une niche écologique en dehors de la Biosphère assurera à cette dernière la conservation et le développement selon les lois et les orientations formées au cours des milliards d'années de l'évolution, ainsi que l'interaction harmonieuse de la communauté des êtres humains en tant qu'objets biologiques avec la Biosphère. Il n'y a pas de telle niche écologique pour la Technosphère sur la Terre, mais elle est dans l'espace, tout près - à une distance de 100 kilomètres de la surface de la planète, où les conditions sont idéales pour la plupart des processus technologiques: l'apesanteur, le vide, les températures hautes et cryogéniques, les ressources de matières premières, d'énergie et spatiales illimitées.

Avec l'industrie sur l'orbite terrestre, personne n'a à fuir de sa maison vers d'autres planètes et d'autres systèmes stellaires. Bien sûr, je peux offrir une alternative à cette évasion - l'aménagement de terrains plus habitables sur terre: zones montagneuses (au-dessus de 3 000 m) ou Antarctique. Le coût de la colonisation des chaînes de montagnes terrestres et de l'Antarctique est mille fois moins cher que le même Mars, et vivre ici c’est beaucoup plus confortable: il fait plus chaud à 100° degrés, il y a l'air et l'oxygène que nous connaissons, la nourriture, l'eau potable (il ne faut que faire fondre la neige) et c'est toujours la Terre natale! Et le billet sera un million de fois moins cher qu'un billet interplanétaire - mille dollars au lieu d'un milliard.

Comme vous pouvez le voir, pour l'exploration à grande échelle de l'espace, l'humanité n'a pas beaucoup de temps - il ne reste que quelques générations jusqu'au point de non-retour dans le développement de notre civilisation technocratique. Après cela, rien ne peut rétablir l'équilibre brisé entre la nature et l'industrie - en raison de l'oppression technocratique de la Biosphère, sa destruction et sa dégradation irréversibles commenceront, et avec cela - la dégradation du genre humain. En effet, notre civilisation de la terre vit selon le principe du «Le moisi dans des boîtes de Petri» – ayant mangé toutes les ressources limitées, elle périra.

L'exploration de l'espace à grande échelle et la mise en orbite de l'industrie terrestre nécessiteront un transport géocosmique de plusieurs millions de tonnes par an. Ni mille tonnes de marchandises par an d'aujourd'hui, ni ces dix milles de demain (comme il est prévu dans l'industrialisation des missiles de l'espace) ne résoudront les problèmes mondiaux de l'humanité vivant sur la planète. Au moment de la sortie à ce volume de transport 10 milliards de personnes vivront déjà sur la planète, ce qui en termes d'une âme terrestre nous donnera seulement 1 gramme de produits spatiaux par an ou 3 milligramme - par jour.

La solution existe - c'est un Moyen de Transport Uniplanétaire

À la suite de l'analyse de ces problèmes, il y a plus de 30 ans, je suis parvenu à la conclusion que la seule technique de transport possible pour l'exploration à grande échelle de l'espace pour l'humanité est la méthode non-missile. Vous connaissez sûrement l'idée d'un ascenseur spatial et d'autres concepts similaires. Ils sont tous difficiles à réaliser, au moins dans un avenir prévisible, en plus que leur capacité ne dépasse pas 10 mille tonnes de marchandises par an. Mais j'ai ma propre solution dont vous avez probablement entendu parler aussi.

Elle a été largement connue depuis mon rapport à Moscou lors d'une réunion non gouvernementale organisée par le Comité soviétique pour la protection de la paix. Cette réunion a eu lieu en 1987, il y a plus de 30 ans, et a été consacrée aux problèmes de l'introduction de l'industrie terrestre dans l'espace sans l'utilisation de missiles, ainsi que le développement et la colonisation d'autres planètes. Depuis lors, j'ai fait beaucoup de travail, créé ma propre école de recherche et de développement, sur la base de laquelle cette décision a été étudiée et testée par des méthodes de calcul. Grâce à cela, le projet peut être mis en œuvre dans un avenir prévisible – à l’aide éventuelle de la volonté politique et la consolidation de l'entreprise.

Le projet a reçu le nom d'un Moyen de Transport Unilanétaire (MTU). C'est un complexe de transport géocosmique réutilisable pour l'exploration sans missiles de l'espace proche. Il permettra, sans aucun impact négatif à l'environnement, à la fois terrestre et spatial, de mettre en orbite environ 10 millions de tonnes de marchandises et 1 million de personnes qui seront impliquées dans la création et le fonctionnement de l'industrie spatiale terrestre. En un an le MTU pourra sortir dans l’espace près de 100 fois. Ce que le MTU est capable de faire en une année, la sphère de fusée spatiale contemporaine qui a déjà demandé des trillions de dollars, prendra près d’un million d’années. Dans le même temps, le coût de la livraison de chaque tonne de marchandises utiles en orbite avec le MTU sera mille fois inférieur à celui des lanceurs de missiles - pas plus de mille dollars par tonne.

Le MTU respectueux de l'environnement, qui fonctionne exclusivement sur l'énergie électrique, permettra effectivement de réaliser l'industrialisation de l'espace proche. Après cela, il sera seulement nécessaire de fermer sur la planète toutes les productions industrielles nocives pour la biosphère terrestre, à ce moment-là les créant sur l'orbite terrestre sur de nouveaux principes, respectueux de l'environnement pour l'espace. Cela ouvrira de superbes possibilités dans le domaine de la communication de l'information et de l'énergie. L'élimination de l'industrie à l'extérieur de la planète améliorera radicalement notre habitat commun, notre biosphère commune de la planète Terre, en particulier dans les régions industrielles, sans aucune restriction à la croissance de la production.

Le projet réunira l'humanité

Pratiquement toutes les solutions d'ingénierie utilisées dans le projet sont largement connues, testées dans la pratique et actuellement mises en œuvre dans l'industrie. Le budget du projet, conçu pour une période de 20 ans, sera d'environ deux billions de dollars, ce qui n'est pas si grand - trois budgets militaires annuels des États-Unis. Ce programme mondial géocosmique permettra de réunir de nouveau tous les pays développés du monde avec des buts et objectifs communs et de les associer au financement de ce projet extrêmement ambitieux visant à sauver l'humanité.

En raison de ses caractéristiques techniques, le projet affectera directement le territoire de dizaines de pays, principalement situés le long de l'Équateur, et pour des raisons politiques et économiques, le projet affectera le monde entier. Le MTU sera également une plate-forme indispensable pour l'exploration future de l'espace extra-atmosphérique par des engins spatiaux réutilisables, tels que ceux que vos entreprises développent aujourd'hui. La durée du projet sera d'environ 20 ans, en tenant compte des travaux sociopolitiques, de recherche, de développement, de conception et de recherche et de construction.

J'espère sincèrement vous découvrir comme des personnes partageant les mêmes idées qui ne sont pas indifférentes à l'avenir de l'humanité et qui sont encouragées à agir non seulement par les intérêts du profit. Vous, mieux que qui que ce soit, devez comprendre qu'en cas de mort de notre maison commune, la Biosphère terrestre, aucun argent ne sauvera la vie des terriens, de leurs enfants et de leurs petits-enfants. Je vous invite à coopérer pour le bien de toute l'humanité. J'espère que cette lettre initie le début de l'événement principal dans votre vie également.

La terre est la meilleure planète dans tout l'Univers. Nous devons la garder pour nos descendants!     

Président du groupe de sociétés SkyWay,

Président du conseil d'administration, le constructeur général de CJSC “String Technologies” (SAF “Technologies à corde”) 

Ingénieur Anatoly Yunitsky

 

Consent Request Form

This form asks for your consent to allow us to use your personal data for the reasons stated below. You should only sign it if you want to give us your consent.


Who are we?

The name of the organisation asking you for consent to use your information is:

Global Transport Investments
Trident Chambers, P.O. Box 146, Road Town
Tortola
British Virgin Islands

We would like to use the following information about you:

Why would we like to use your information?

Global Transport Investments would like to send this information to company registry, inform you about its news, for refund purposes.


What will we do with your information?

We store your name, address, ID Data, date of birth into company registry. We will share your e-mail & phone number with IT Service (https://digitalcontact.com/), SMS Center (http://smsc.ru). They will add your details to their mailing list and, when it is news update, they will send you an email or sms with details. We store your credit card number for possible refunds.


How to withdraw your consent

You can withdraw the consent you are giving on this form at any time. You can do this by writing to us at the above address, emailing us at the address: [email protected] or by clicking on the unsubscribe link at the bottom of emails you receive.

Privacy Notice – Newsletter Signup

This privacy notice tells you about the information we collect from you when you sign up to receive our regular newsletter via our website. In collecting this information, we are acting as a data controller and, by law, we are required to provide you with information about us, about why and how we use your data, and about the rights you have over your data.


Who are we?

We are Global Transport Investments. Our address is Trident Chambers, P.O. Box 146, Road Town, Tortola, British Virgin Islands. You can contact us by post at the above address, by email at [email protected]

We are not required to have a data protection officer, so any enquiries about our use of your personal data should be addressed to the contact details above.

What personal data do we collect?

When you subscribe to our newsletter, we ask you for your name and your email address.

Why do we collect this information?

We will use your information to send you our newsletter, which contains information about our products.

We ask for your consent to do this, and we will only send you our newsletter for as long as you continue to consent.


What will we do with your information?

Your information is stored in our database and is shared with with IT Service (https://digitalcontact.com/), SMS Center (http://smsc.ru). It is not sent outside of the Euro. We will not use the information to make any automated decisions that might affect you.


How long do we keep your information for?

Your information is kept for as long as you continue to consent to receive our newsletter.


Your rights over your information

By law, you can ask us what information we hold about you, and you can ask us to correct it if it is inaccurate.
You can also ask for it to be erased and you can ask for us to give you a copy of the information.

You can also ask us to stop using your information – the simplest way to do this is to withdraw your consent, which you can do at any time, either by clicking the unsubscribe link at the end of any newsletter, or by emailing, writing us using the contact details above.


Your right to complain

If you have a complaint about our use of your information, you can contact the Information Commissioner’s Office.